L'Air au Canada

Dans l'ensemble, les Canadiens jouissent d'un bon niveau de qualité de l'air extérieur. Les émissions de polluants atmosphériques qui causent le smog et les pluies acides ont considérablement diminué au cours des dernières décennies. Ces réductions ont contribué à la réduction des polluants atmosphériques que les Canadiens respirent tous les jours - des polluants qui peuvent contribuer à des problèmes de santé tels que l'asthme et les maladies cardiovasculaires.

Bien que des progrès importants aient été réalisés pour réduire la pollution atmosphérique, la mauvaise qualité de l'air reste un problème grave dans certaines régions du Canada. Les Canadiens vivant dans des régions fortement peuplées et industrialisées du pays peuvent être exposés à des niveaux potentiellement nocifs de polluants atmosphériques extérieurs, à des concentrations supérieures aux moyennes nationales. Les polluants atmosphériques tels que les particules fines et l'ozone au sol, les principaux composants du smog, peuvent avoir une incidence défavorable sur la santé des Canadiens, en particulier les petits enfants, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies cardiaques et pulmonaires, même à de faibles concentrations.

Ce site Web fournit de l’information sur le Système de gestion de la qualité de l’air, sur la qualité de l’air au Canada, sur la pollution atmosphérique et ses effets ainsi que sur des mesures propres à améliorer l’air que nous respirons.

 

Le SGQA

Pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement, en 2012, les ministres de l'environnement, à l'exception de celui du Québec, ont convenu de mettre en œuvre un nouveau système de gestion de la qualité de l’air (SGQA) pour guider les travaux sur les émissions atmosphériques au Canada.

Le SGQA est une approche globale de collaboration qu’utilisent les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux pour réduire les émissions et les concentrations ambiantes de divers polluants atmosphériques préoccupants. Il propose, pour tout le Canada, un cadre d’action collaborative destiné à protéger la santé humaine et l’environnement contre des polluants dangereux, et ce, grâce à une amélioration continuelle de la qualité de l’air.

Bien que le Québec souscrive aux objectifs généraux du SGQA, il ne mettra pas le Système en œuvre puisque ce dernier prévoit des exigences fédérales pour les émissions industrielles qui font double emploi avec la réglementation du Québec. Toutefois, le Québec collabore avec les autres gouvernements à l'élaboration d’autres éléments du Système, notamment les zones et les bassins atmosphériques.

Fondation

Collaboration et reddition de comptes

Le SGQA repose sur la collaboration, la reddition de comptes et la transparence. Des organisations industrielles, non gouvernementales et autochtones ont travaillé avec les gouvernements à l’élaboration du SGQA et continuent de suivre la mise en œuvre et de participer à l’élaboration de divers éléments, notamment les NCQAA relatives au NO2, l’examen des NCQAA relatives aux PM et à l’ozone, de même que les mesures de gestion des sources mobiles.

La surveillance et la production de rapports publics sont essentielles pour assurer la transparence, la reddition de comptes et une mise en œuvre efficace du Système. Les provinces et territoires, avec l’aide du gouvernement fédéral, sont responsables de surveiller les zones atmosphériques et de produire, pour leurs publics respectifs, des rapports sur la qualité de l’air et sur les mesures de mise en œuvre du SGQA. Les provinces et territoires produiront des rapports annuels sur les zones atmosphériques, qui contiendront de l’information sur le respect des NCQAA, sur les problèmes et l’évolution de la qualité de l’air ainsi que sur le niveau de gestion de l’air dans chaque zone.

Moteur

NCQAA

Des NCQAA ont été établies pour les particules fines (PM2,5), l’ozone (O3), le dioxyde de soufre (SO2) et le dioxyde d’azote (NO2). Des révisions périodiques des NCQAA permettent de garantir que les normes tiennent compte des dernières données scientifiques disponibles. Les NCQAA sont enchâssées sous forme d’objectifs dans la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).

Mécanismes

Gestion des zones atmosphériques

Pour faciliter la gestion de la qualité de l’air, les gouvernements provinciaux et territoriaux ont divisé leur province ou territoire respectif en petites aires géographiques appelées « zones atmosphériques » qui présentent chacune des caractéristiques de qualité de l’air particulières. Ces caractéristiques peuvent inclure les sources de polluants, la topographie, les modèles météorologiques, la densité de population et d’autres facteurs qui influencent les concentrations ambiantes.

Exigences relatives aux émissions industrielles

Les exigences de base relatives aux émissions industrielles (EBEI) ont pour but d’assurer que toutes les sources industrielles d’importance au Canada affichent une bonne performance de base, peu importe leur emplacement. Les EBEI sont des exigences quantitatives ou qualitatives proposées pour les émissions des grands émetteurs industriels nouveaux et existants et pour certains types d’équipements. Elles ciblent les oxydes d’azote (NOx), le dioxyde de soufre (SO2), les composés organiques volatils (COV) et les particules (PM).

Coordination des bassins atmosphériques

Le Canada se divise en six bassins atmosphériques régionaux qui permettent aux autorités de résoudre de façon coordonnée et par des actions concertées les problèmes touchant la migration transfrontalière de polluants atmosphériques à l’échelle provinciale/territoriale ou internationale. Les bassins atmosphériques ont été établis en fonction de facteurs généraux, comme le mouvement des grandes masses d’air, les conditions météorologiques typiques à long terme, la topographie et les frontières des zones atmosphériques.

Sources mobiles

Le SGQA repose sur la collaboration, la reddition de comptes et la transparence. Des organisations industrielles, non gouvernementales et autochtones ont travaillé avec les gouvernements au développement du SGQA et continuent d’en suivre la mise en œuvre et de participer à l’élaboration et à l’amélioration continues du SGQA, notamment par l’établissement de mesures pour lutter contre les sources mobiles d’émissions.

La surveillance et la production de rapports publics sont essentielles pour assurer la transparence, la reddition de comptes et une mise en œuvre efficace du Système. Les provinces et territoires, avec l’aide du gouvernement fédéral, sont responsables de surveiller les polluants atmosphériques dans leurs zones atmosphériques et de produire, pour leur population, des rapports sur la qualité de l’air et sur les actions posées pour mettre en œuvre le SGQA. Les provinces et territoires produiront des rapports annuels sur leurs zones atmosphériques respectives, qui contiendront de l’information sur le respect des NCQAA, sur les problèmes de qualité de l’air, sur l’évolution de la qualité de l’air et sur le niveau de gestion de l’air dans chaque zone.

 

Courte description des polluants

Les polluants atmosphériques incluent les substances suivantes:

Particules (PM)

Matières particulaires ou particules (PM)

Importantes composantes du smog, les matières particulaires (PM) sont faites de particules de forme solide et liquide en suspension dans l’air. Les PM sont qualifiées de primaires ou secondaires selon le processus à l’origine de leur formation. Les PM primaires sont libérées directement dans l’air à partir d’une source (p. ex. cheminée ou tuyau d’échappement) ou encore à partir de sols balayés par le vent ou de la circulation automobile sur une route de terre. Les PM secondaires se forment dans l’air par une série de réactions physicochimiques qui mettent en jeu des gaz tels que les oxydes de soufre (SOx) et les oxydes d’azote (NOx). Les PM existe différentes grosseurs de particules; les plus préoccupantes pour la santé humaine sont les particules d’un diamètre inférieur ou égal à 2,5 micromètres (PM2,5).

Ozone troposphérique (O3)

Important composant du smog, l’ozone troposphérique (O3) est un gaz incolore, inodore et très irritant, qui se forme près de la surface de la Terre. Contrairement aux polluants « primaires », qui sont émis directement dans l’air par une source, l’O3 est un polluant « secondaire », car il résulte d’une série de réactions chimiques complexes entre les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV) en présence de rayonnement solaire. Si l’O3 est un important sujet de préoccupation pour l’environnement et la santé, il existe toutefois dans la stratosphère, de 10 à 40 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre, une couche d’O3 bénéfique, qui protège la planète contre les rayons ultraviolets nocifs. Comme l’ozone est un polluant de courte durée de vie ayant un effet sur le climat, il contribue également aux changements climatiques.

Dioxyde d’azote (NO2)

Le dioxyde d’azote (NO2) appartient à un groupe de composés appelé les oxydes d’azote (NOx), qui se forment principalement pendant le brûlage de combustibles fossiles. Si les sources du secteur des transports représentent plus de la moitié de l’ensemble des émissions, la production d’énergie et les procédés industriels libèrent eux aussi d’importantes quantités de NOX, particulièrement sous forme d’oxyde nitrique (NO) et de dioxyde d’azote (NO2). En concentrations élevées, le NO2 dégage une odeur forte et désagréable et se présente souvent sous forme de brouillard brunâtre au-dessus des grandes villes. Dans l’air, le NO2 peut se combiner à des molécules d’eau pour former des composés comme l’acide nitrique et l’acide nitreux. Ces composés finissent par tomber sur le sol sous forme de précipitations (p. ex. pluie, neige ou brouillard), où ils contribuent à l’acidification et à l’eutrophisation des écosystèmes.

Dioxyde de soufre (SO2)

Gaz incolore qui dégage une odeur d’allumette brûlée, le dioxyde de soufre (SO2) appartient à un groupe de gaz sulfureux appelé les oxydes de soufre (SOX). Du SO2 est libéré lorsque des combustibles fossiles ou des matières premières contenant du soufre sont brulés ou utilisés dans un procédé industriel tel que la fusion de minerai métallique ou la production d’électricité. L’extraction et le traitement des combustibles fossiles peuvent aussi produire de grandes quantités de SO2. Le SO2 contribue à la formation de PM2,5 et de smog et, lorsqu’il se combine avec des molécules d’eau, il peut former des composés, comme l’acide sulfurique, qui finissent par tomber sur le sol sous forme de pluies, de neige ou de brouillard acides.

Composés organiques volatils (COV)

Les composés organiques volatils (COV) sont des substances chimiques organiques qui, dans des conditions atmosphériques normales, se transforment facilement en vapeur. La lumière du soleil provoque des réactions chimiques complexes entre les COV et le NOx, qui entraînent la production d’O3 et de particules fines (PM2,5), deux importants composants du smog. Le smog est réputé avoir des effets nocifs sur la santé humaine et l’environnement. Les COV proviennent d’un large éventail de produits chimiques, notamment des émanations de peinture à l’huile, de produits d’entretien ménager, de solvants et d’essence, ainsi que de quelques sources naturelles. Au Canada, les principales sources anthropiques sont l’extraction du pétrole et du gaz, la production de peintures et de solvants, les transports et le chauffage résidentiel au bois.

La pollution atmosphérique est causée par la présence de contaminants gazeux et particulaires dans l'atmosphère. Elle s'exprime en

Émissions atmosphériques

Les émissions atmosphériques sont des polluants rejetés dans l’air à partir d’une source. Les « sources » peuvent inclure des installations industrielles, différents types de transports et des appareils de chauffage résidentiel. Les émissions atmosphériques peuvent également provenir de sources naturelles, comme les feux de forêt et les volcans. La quantité d’émissions attribuables à l’activité humaine peut varier en fonction de divers facteurs, notamment les changements apportés à la production et aux procédés industriels, les types de combustibles, les techniques de réduction des polluants et l’économie.

Concentrations ambiantes

Par « concentration dans l’air ambiant », on entend la quantité de polluants mesurée dans un volume d’air déterminé. Les concentrations déclarées dans le cadre des NCQAA tiennent uniquement compte de l’air extérieur et se fondent sur les données de stations de surveillance de la qualité de l’air généralement situées à l’intérieur ou près des collectivités exposées. Les concentrations dans l’air ambiant fluctuent en fonction de la variation des émissions de polluants et de la variation des conditions météorologiques (p. ex. vitesse du vent, direction du vent, température, précipitations).

 

Évolution des émissions atmosphériques dans le temps au Canada

Dans l’ensemble, les émissions de polluants atmosphériques ont diminué depuis 1990. Les gouvernements, les entreprises et les particuliers canadiens ont tous contribué à ce succès. Le graphique indique le pourcentage de variation des émissions de quatre polluants atmosphériques par rapport aux niveaux de 1990.

Source: Environnement et Changement climatique Canada, 2017. Indicateurs sur les émissions de polluants atmosphériques.

 

Effets sur la santé et l’environnement

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l’air représente le premier risque environnemental en importance pour la santé humaine dans le monde et peut gravement perturber l’environnement. Même à de faibles concentrations, la pollution atmosphérique est clairement associée à une augmentation du nombre de troubles cardiaques et respiratoires, à une augmentation du nombre d’hospitalisations et de visites à l’urgence ainsi qu’à des décès prématurés. Santé Canada estime que, chaque année, la mauvaise qualité de l’air attribuable à l’activité humaine est à l’origine d’environ 14 000 à 15 000 décès au Canada.

Une meilleure qualité de l’air réduit le nombre de crises cardiaques et de visites à l’hôpital, prévient des dizaines de milliers de crises d’asthme chez les enfants et prévient la perte de millions de journées de travail et d’école au Canada seulement. Elle peut aussi réduire les dommages causés aux cultures, forêts, eaux de surface et infrastructures (p. ex. immeubles et ponts) et peut contribuer à atténuer l’impact des changements climatiques, puisque certains polluants atmosphériques sont aussi des gaz à effet de serre ou contribuent à la formation de gaz à effet de serre.

Ozone (O3)

Effets sur la santé - L’exposition à l’ozone (O3) peut provoquer des troubles respiratoires (p. ex. irritation de la gorge, toux ou essoufflement) et réduire les fonctions pulmonaires. Elle peut aussi aggraver des troubles préexistants, comme l’asthme ou toute autre maladie pulmonaire chronique. Les populations sensibles, comme les enfants et les personnes souffrant de troubles respiratoires ou cardiaques, sont plus à risque, particulièrement en été, lorsque les concentrations d’ozone sont plus élevées.

Effets sur l’environnement - L’O3 pénètre directement dans les plantes par les pores des feuilles. Une fois absorbé, il peut endommager les feuilles, réduire la photosynthèse, compromettre la reproduction et diminuer le rendement des cultures. Ces effets sont susceptibles de réduire la diversité des plantes dans un écosystème. Connu surtout pour ses effets nocifs sur la santé et l’environnement, l’O3 est aussi un gaz à effet de serre qui contribue aux changements climatiques.

Particules fines (PM2,5)

Effets sur la santé - L’exposition aux particules fines (PM2,5) peut avoir un effet nocif sur le cœur et les poumons et causer des problèmes de santé comme des crises d’asthme, des bronchites chroniques et des crises cardiaques. L’exposition aux PM2,5 est aussi associée à un nombre accru de visites à l’urgence et d’hospitalisations dues à des troubles respiratoires et cardiaques ainsi qu’à un risque accru de décès prématurés. Les enfants et les personnes souffrant déjà de maladies cardiaques ou respiratoires sont plus sensibles aux effets des PM2,5.

Effets sur l’environnement - Bien que leurs effets sur l’environnement varient selon leur composition chimique, les PM sont surtout susceptibles de provoquer, dans la chimie du sol et de l’eau, des changements qui risquent de nuire à la santé des organismes et de la végétation. Les PM2,5 peuvent aussi tacher et endommager la pierre et d’autres matériaux, incluant des objets à valeur culturelle comme des statues et monuments. Enfin, les PM2,5 peuvent contribuer à réduire la visibilité, un phénomène qui affecte les villes, les aéroports et les régions sauvages et est susceptible de nuire au tourisme et à l’économie.

Dioxyde de soufre (SO2)

Effets sur la santé - L’exposition au SO2 peut avoir des effets nocifs sur la santé respiratoire, incluant une réduction des fonctions pulmonaires, une aggravation des symptômes respiratoires et une inflammation des voies respiratoires. Les asthmatiques, environ 9 % de la population canadienne, sont particulièrement vulnérables au SO2, au même titre que les populations sensibles, tels les enfants et les personnes déjà atteintes de maladies respiratoires. Parmi les autres effets, mentionnons un nombre accru de visites à l’urgence et d’hospitalisations en raison de troubles respiratoires.

Effets sur l’environnement - Le SO2 peut perturber les écosystèmes à la fois directement et indirectement et contribue à la formation des PM2,5. Des effets directs sont observés lorsque des plantes absorbent du NO2 par leurs feuilles. Des effets indirects se produisent lorsque des composés contenant du soufre (p. ex. l’acide sulfurique dans les précipitations acides) se déposent sur le sol et sur l’eau. Une fois absorbé, le SO2 peut perturber la photosynthèse et le métabolisme énergétique des plantes et réduire leur croissance et le rendement des cultures. Le SO2 est susceptible d’endommager matériaux et structures, y compris des objets à valeur culturelle comme les statues et monuments.

Dioxyde d’azote (NO2)

Effets sur la santé - Une exposition à court terme au NO2 peut causer un éventail d’effets sur l’appareil respiratoire (p. ex. réduction des fonctions pulmonaires, accroissement des symptômes respiratoires et inflammation des voies respiratoires) et aggraver certaines maladies respiratoires, particulièrement l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique. Une exposition à long terme peut entraîner des réactions allergiques, contribuer au développement de l’asthme et accroître la vulnérabilité aux infections respiratoires. L’inhalation de NO2 est aussi associée à des effets sur le système cardiovasculaire et les fonctions reproductrices.

Effets sur l’environnement - Le NO2 peut perturber les écosystèmes à la fois directement et indirectement et contribue à la formation de l’ozone. Des effets directs (p. ex. lésions, tissus morts, perturbation de la croissance des plantes et diminution du rendement des cultures) sont observés lorsque des plantes absorbent du NO2 par leurs feuilles. Des effets indirects se produisent lorsque le NO2 (ou autres NOx) réagit avec l’eau et l’oxygène pour former des précipitations acides ou lorsqu’une surabondance d’azote perturbe un écosystème.

Composés organiques volatils (COV)

Effets sur la santé - Les effets de l’exposition aux COV sur la santé dépendent de la nature de la substance chimique, du degré d’exposition et de la durée d’exposition. De nombreuses substances appartenant à ce groupe ont peu d’effet sur la santé. Autrement, les effets varient beaucoup, allant de problèmes comme l’irritation (yeux, nez et gorge), les maux de tête, la nausée, les étourdissements et l’aggravation des symptômes d’asthme à des effets plus sévères tels que des dommages au foie, aux reins et au système nerveux central. Certains COV, comme le benzène, sont cancérigènes; une exposition à long terme à ces composés peut accroître le risque de développer le cancer.

Effets sur l’environnement - Les COV contribuent à la formation des PM2,5 et de l’O3, principaux ingrédients du smog. Le smog réduit la visibilité dans bon nombre d’endroits (p. ex. villes, aéroports et régions sauvages) et est susceptible de nuire au tourisme et à l’économie. Les PM2,5 et l’ozone peuvent aussi nuire à la végétation : ils endommagent les feuilles, réduisent la photosynthèse, compromettent la reproduction et la croissance, en plus de diminuer le rendement des cultures.

 
 

Les NCQAA

Le CCME a établi des normes canadiennes de qualité de l’air ambiant (NCQAA) pour les PM2,5, le O3, le SO2 et le NO2. Les NCQAA sont composées de trois éléments interdépendants :

  • une période de temps moyenne;
  • une valeur numérique;
  • une forme statistique de la valeur numérique
Polluant Période Valeur numérique de la norme Forme statistique
2015 2020 2025
Particules fines (PM2.5) 24 heures 28 μg/m3 27 μg/m3   Moyenne triennale du 98e centile annuel des concentrations quotidiennes moyennes sur 24 heures
1 an 10,0 μg/m3 8,8 μg/m3   Moyenne triennale de la moyenne annuelle de toutes les concentrations quotidiennes sur 24 heures
Ozone (O3) 8 heures 63 ppb 62 ppb 60 ppb Moyenne triennale de la 4e valeur annuelle la plus élevée des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures
Dioxyde de soufre (SO2) 1 heure - 70 ppb 65 ppb Moyenne triennale du 99e centile annuel des maximums quotidiens des concentrations moyennes de SO2 sur une heure
1 an - 5,0 ppb 4,0 ppb Moyenne sur une seule année civile de toutes les concentrations moyennes de SO2 sur une heure
Dioxyde d’azote (NO2) 1 heure - 60 ppb 42 ppb

Moyenne triennale du 98e centile annuel des maximums quotidiens des concentrations moyennes de NO2 sur une heure
1 an - 17,0 ppb 12,0 ppb Moyenne sur une seule année civile de toutes les concentrations moyennes de NO2 sur une heure
 

Zones et bassins atmosphériques

Les zones atmosphériques et les bassins atmosphériques sont utilisés pour la gestion de la qualité de l’air à l’échelle locale et à l’échelle régionale respectivement.

Les petites aires géographiques à l’intérieur des provinces et territoires sont des zones atmosphériques. Les grandes aires délimitées par des lignes noires sont des bassins atmosphériques.

 
Nord Centre-Ouest Centre-Est Atlantique-Sud Ouest Prairie St. Johns Labrador City Halifax Fredericton Montréal Ottawa Windsor Toronto Sudbury Winnipeg Regina Calgary Kelowna Prince George Whitehorse Yellowknife Iqaluit Inuvik Vancouver Fort McMurray Fort Smith Edmonton Québec City

Sélectionnez une zone d'air et suivez le lien dans son étiquette ci-dessous pour en savoir plus

 

Niveaux de gestion des NCQAA

Quatre niveaux de gestion à code de couleur facilitent l’application des NCQAA. Le niveau de gestion est déterminé par la quantité de polluant à l’intérieur de chaque zone atmosphérique et est assorti de mesures recommandées de gestion de la qualité de l’air. Si la quantité de polluant dans une zone atmosphérique s’accroît, les mesures de gestion deviennent plus strictes,ce qui assure que les NCQAA ne soit pas perçu comme étant des niveaux jusqu'où l'on peut polluer et que des mesures seront prises pour protéger les régions non polluées.

Au moment de déterminer les niveaux de gestion des NCQAA, les gouvernements provinciaux ou territoriaux peuvent tenir compte de l’influence d’activités humaines qui ont lieu à l’extérieur de leur province ou territoire et de l'influence des événements exceptionnels (p. ex. feux de forêt).

Niveau et objectifs pour la gestion de la qualité de l’air Niveaux de gestion pour la NCQAA relative à l’ozone (parties par milliard) Niveaux de gestion pour la NCQAA annuelle relative aux particules fines (microgrammes par mètre cube) Niveaux de gestion pour la NCQAA horaire relative aux particules fines (microgrammes par mètre cube) Niveaux de gestion pour la NCQAA horaire relative au dioxyde de soufre (parties par milliard) Niveaux de gestion pour la NCQAA annuelle relative au dioxyde de soufre (parties par milliard) Niveaux de gestion pour la NCQAA horaire relative au dioxyde d'azote (parties par milliard) Niveaux de gestion pour la NCQAA annuelle relative au dioxyde d'azote (parties par milliard)
2020 2025 2015 2020 2015 2020 2020 2025 2020 2025 2020 2025 2020 2025
Rouge >62 >60 >10,0 >8,8 >28 >27 >70 >65 >5,0 >4,0 >60 >42 >17,0 >12,0
Orange 57 à 62 57 à 60 6,5 à 10,0 6,5 à 8,8 20 à 28 20 à 27 51 à 70 51 à 65 3,1 à 5,0 3,1 à 4,0 32 à 60 32 à 42 7,1 à 17,0 7,1 à 12,0
Jaune 51 à 56 4,1 à 6,4 11 à 19 31 à 50 2,1 à 3,0 21 à 31 2,1 à 7,0
Vert ≤50 ≤4,0 ≤10 ≤30 ≤2,0 ≤20 ≤2,0
 

Respect des normes

La carte fait état de la conformité des zones avec les NCQAA relatives aux PM2,5 et à l’ozone (utilisez le menu défilant pour sélectionner un polluant).

Particules fines (sur 24 heures) Particules fines (sur un an) Ozone (maximum sur 8 heures)
  • Zones en bleu = zones atmosphériques qui respectent la NCQAA de 2015.
  • Zones en rouge = zones atmosphériques qui dépassent la NCQAA de 2015.
  • Zones en blanc = données insuffisantes pour vérifier la conformité avec les NCQAA.

Méthodologie

Dans certains cas, les concentrations peuvent être influencées par des activités humaines qui ont lieu à l’extérieur de la province ou du territoire ou par des événements exceptionnels comme des feux de forêt. Les provinces et territoires peuvent tenir compte de ces sources d’émissions au moment de déterminer les niveaux de gestion de leurs zones atmosphériques. La conformité avec les NCQAA a été déterminée pour chaque province et territoire à l’aide des concentrations ambiantes mesurées dans les zones atmosphériques pendant l’une des périodes de trois ans suivantes : 2011-2013, 2012-2014, 2013-2015 et 2014-2016.

Certaines zones atmosphériques auraient pu respecter la NCQAA si elles n’avaient pas subi l’influence de flux transfrontaliers ou d’événements exceptionnels (FT/EE).

 
St. Johns Labrador City Halifax Fredericton Montréal Ottawa Windsor Toronto Sudbury Winnipeg Regina Calgary Kelowna Prince George Whitehorse Yellowknife Iqaluit Inuvik Vancouver Fort McMurray Fort Smith Edmonton Québec City

Sélectionnez une zone d'air et suivez le lien dans son étiquette ci-dessous pour en savoir plus

 
 

Sources des émissions de polluants en 2016

Les émissions de polluants atmosphériques sont attribuables à l’activité humaine et à des causes naturelles. Ce graphique fait état des émissions provenant de l’activité humaine seulement. Les pourcentages sont déterminés en fonction d’un total national qui exclut les sources à ciel ouvert (p. ex. poussière des routes) et les sources naturelles (p. ex. feux de forêt).

Oxyde d'azote Oxyde de soufre Composés organiques volatils Particules fines
 

Évolution des concentrations ambiantes par polluant

L’air que nous respirons contient des polluants atmosphériques en concentrations variables. Le graphique ci-contre fait état des concentrations moyennes à l’échelle pancanadienne par polluant et par année. (Utilisez le menu défilant pour sélectionner un polluant.)

Il existe un lien étroit entre les concentrations ambiantes et les émissions de polluants présentées à la page suivante.

Source: Produits de données du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique (RNSPA), 2017

Dioxyde d'azote
Concentrations ann